Contact

L’amer émoi des maux d’un moi

PROJET ARTISTIQUE 2019-2021
CORPS CROISÉS – DANSE & FORM’ATTITUDE


L’AMER ÉMOI DES MAUX D’UN MOI
L’amer émoi des maux d’un moi met en scène toute la complexité de l’être humain, tiraillé par ses émotions. Le public voit, perçoit ce corps, ce corps dans tous ses états, dont les attitudes découlent de ses pensées. C’est une porte ouverte au conscient, à l’inconscient, une circulation connectée et débranchée à la fois, une projection de soi, une mise à nue déroutante, qui met en avant le dialogue ininterrompu du corps et du cerveau, dont ses actions et interactions avec l’extérieur, dépendent.

«Pour cette création, je souhaite partir du geste quotidien, de ces mimiques qui font parties
intégrantes de nous, sans que nous nous en apercevions. Des petits gestes qui nous façonnent,
qui nous échappent, inconscients, que nous ne maîtrisons pas. Cette constante de nous même,
offre une multiplicité de mouvements, et permet une authenticité dans son interprétation.
Ce que j’aime lorsque je suis en recherche de mouvements, c’est laisser parler mon état du moment,
mon envie, ma personnalité, ce que je suis. Alors je vais partir de moi, de mes gestes. Et je développerai
des combinaisons autour de l’ennui, de la répétition, de l’attente, de la fuite, de l’inquiétude, de la
course, du contact, du partage, de la quiétude, du plaisir de sentir son corps se mouvoir, vibrer, danser.
J’ai imaginé une entité fragile, et fragilisée par des ruptures sensibles ; une singularité dans
un bouleversement exaltant, des suites de connexions et de déconnexions.
J’ai pensé à tout ce qui nous relie au monde, aux autres. Et à nos envies de nous déconnecter
parfois de tout. Mon corps est moi. Moi, et mon corps. Mon corps qui résonne de mes émois,
l’amer émoi des maux d’un moi.»

Cécile Mutombo-Vaslin


«Je ressens l’émoi en moi, qui bouillonne,
qui déforme et conduit mon corps.
Je résonne de cette connexion
qui relie mon corps et mon cerveau.
J’éprouve, je discerne cet écho en moi, je le traduis, je le mets en
mouvement, et mon corps vibre, se heurte, s’anime, hésite.»


UN REGARD PHOTOGRAPHIQUE
Nous avons souhaité enrichir cette création par le regard d’une photographe, Claire Lafargue.
Nous lui avons proposé de nous suivre tout au long de l’aventure et de porter un regard sur la connexion, les connexions qui nous animent. Son regard d’artiste sur ce qui fait corps, sur le travail du geste, et sur la résonance de toutes les personnalités des danseurs avec le mouvement dansé et dans les interactions qu’elles suscitent, sur les intériorités de chacun d’entre eux à travers les corps en mouvement. Cette carte blanche que nous laissons à Claire, viendra nourrir le travail d’écriture de la pièce, par les images qu’elle produira sur le travail en train de se faire.


Défiler vers le haut